L'une des plus grandes mines d'Europe de lithium va voir le jour dans l'Allier d'ici 2027


24 octobre 2022

La France s'apprête à accueillir l'une des plus grandes mines de lithium d'Europe et elle va se trouver dans l'Allier. Le groupe de minéraux industriels Imerys a annoncé ce matin la mise en exploitation minière d'un gisement de lithium à Échassières d’ici 5 ans. Baptisé "Emili", le projet est le deuxième plus important d'Europe autour du lithium.

Le site de Beauvoir, d'où est aujourd'hui extrait du kaolin pour la porcelaine et le carrelage, pourrait délivrer jusqu'à 34 000 tonnes d'hydroxyde de lithium par an à partir de 2028. Le lithium qui est l'un des composants essentiels des batteries destinées à remplacer les carburants fossiles pour les voitures. Une ressource, dont la Chine a le quasi-monopole.

Cette mine devrait donc aider à être plus indépendant et ainsi à accélérer la transition énergétique de l’Europe prévue pour 2035.

     Alors pourquoi le site minier de Beauvoir dans l’Allier ?

Depuis les années 1960, "le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) a identifié la présence de lithium dans le sous-sol de ce site, mais Imerys, qui detient le site depuis 2005, était jusqu'à présent resté extrêmement prudent sur la possibilité de l'exploiter". 

Au terme de 18 mois de sondages et d'études, le groupe a confirmé l'intérêt économique de la mine. Selon les premières estimations, le site renfermerait assez de lithium pour en produire 34 000 tonnes par an pendant 25 ans, et équiper l’équivalent de 700 000 voitures électriques en batteries.

" C'est un gisement assez unique", Alan Parte est le directeur du projet Emili chez Imerys.

Imerys estime ses coûts de production «entre 7 et 9 euros le kilo», ce qui garantirait «un retour sur investissement intéressant». Un investissement envisagé qui s'élève à un milliard d'euros. Ce gisement de lithium sera ainsi « l’un des plus grands » d’Europe.

     Des emplois à la clef

À terme, le groupe promet « 1.000 emplois directs et indirects dans la région Auvergne-Rhône-Alpes», répartis sur deux sites. Le premier sera la mine d'extraction souterraine du lithium, incrusté dans une roche de mica. Et le deuxième, une usine de purification des minéraux et de transformation en hydroxyde de lithium, qui serait située à moins de 100 kilomètres de la mine et reliée par voie ferrée.

     Impact écologique réfléchi

"Des la conception du projet, nous essayons de prendre en compte l'aspect environnement, qui va etre au coeur du projet, pour limiter les impacts"

" Nous avons fait le choix d'exploiter ce gisement par voix souterraine, pour minimiser l'impact en surface et sur l'environnement"

Lancement du projet d'ici à 2027. 

(Photo: Imerys)